• ...

     

     

    ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Sur le ciel noir

    des serpents de feu jaunes.

     

    Je suis venu au monde avec des yeux 

    et je m'en vais aveugle.

    Seigneur de la suprême douleur !

    Et puis,

    un chaleil et une couverture

    par terre.

     

    J'ai voulu arriver

    où sont arrivés les bons.

    Et je suis arrivé, mon Dieu !...

    Mais ensuite,

    un chaleil et une couverture

    par terre.

     

    Petit citron jaune

    citronnier.

     

    Jetez au vent

    les petits citrons.

     

    Vous savez bien ! ... C'est qu'ensuite,

    ensuite,

    un chaleil et une couverture

    par terre.

     

    Sur le ciel noir,

    des serpents de feu jaunes.

     

    FDLorca

     

     

    Lamentation de la mort

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    fenêtre éparse, éclat de vue

    - un pas timide chaussant l' inorigine

    je me parle à moi-même, à moi-même mais au fond qui l'entends-je ?

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    La croix.

    ( Point final

    du chemin . )

     

    Elle se mire dans la rigole.

    ( Points de suspension. )

     

    FGLorca

     

     

    Croix

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • ...

     

     

    ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    envers et contre tout, la cible

    encastrée au cœur même de la flêche

    sonne creux

     

    L.C

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Je m'assieds à la porte et j'enivre mes yeux et mes oreilles

    des couleurs et des sons du paysage, et je chante à mi-voix,

    pour moi seul, de vagues chants que je compose tout en attendant.

     

    F.Pessoa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    sur la pointe du givre régnant

    silence - pas d'escalier non, pas de rame : l'écho récapitu-

    -lant sur ses doigts

    la chute des nombres dans le régnant silence

     

    L.C

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Je n'ai rien voulu

    rien voulu te dire.

     

    J'ai vu dans tes yeux

    deux jeunes arbres fous

    de brise, de rire et d'or,

    qui remuaient.

     

    Je n'ai rien voulu

    rien voulu te dire.

     

    FG Lorca

     

     

    A l'oreille d'une jeune fille

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    (...) introduire et manifester dans la composition le hasard que désormais

    l'artiste médite, oui, le hasard même, son idée enfin découverte, qui est qu'il

    est l'être même, lequel n'est ainsi en retour qu'une présence sans fond, qu'il faut

    qu'on assume pour qu'elle ait sens.

     

    Y.Bonnefoy

     

     

    hasard

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire