•  

     

    Je suis avide du monde, j'ai des désirs forts et définis, ce soir j'irai manger et danser,

    je ne mettrai pas ma robe bleue mais la noire et blanc. Mais en même temps, je n'ai

    besoin de rien. Je n'ai même pas besoin qu'un arbre existe. Je sais maintenant un mode

    qui se passe de tout - et aussi d'amour, de nature, d'objets. Un mode qui se passe de moi.

    Cependant, en ce qui concerne mes désirs, mes passions, mon contact avec un arbre - ils

    continuent d'être pour moi comme une bouche qui mange.

     

    C.Lispector

     

     

    un mode qui se passe de moi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • ...

     

     

    C'est de perdition qu'il est besoin, d'une perdition telle qu'elle annule

    toute réserve et que, sans attendre, on aille se prélasser ensemble dans l'herbe.

     

    E. Savitzkaya

     

     

    perdition

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Je ne pourrai

    Ni là, ni désormais

    Combler l'entaille.

    Laisse mon chant monter

    Tout au sommet

    De la montagne.

     

    M.Tsvétaieva

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Il pense aux saintes gymnastes en pâmoison, à Jeanne qui relapse,

    à Catherine qui se brise, à Ursule qui brûle de joie, à Anne qui se déchire 

    en morceaux de bonheur, à celles qui explosent, à celles qui tombent de haut,

    à celles qui perdent les yeux, et ainsi se calme avant de pénétrer dans la pénombre du bois.

     

    E.Savitzkaya

     

     

    la pénombre du bois

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Comme sur une corde fêlée,

    Je danse- petit danseur.

    Je suis l'ombre d'une ombre. Je suis lunaire

    De deux sombres lunes.

     

    M.Tsvétaieva

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Fossé ! Saigner ! Par la lucarne :

    C'est l'oeil de la lune qui point...

     

    M.Tsvétaieva

     

     

    lucarne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .

     

     

    Perséphone, pour ce grain de grenade...

     

    M.Tsvétaieva

     

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Elle prit un bâton et dans la poussière dessina la maison où

    ils vivraient et élèveraient leurs enfants.

    Il y avait une mare aux canards et un endroit pour les chevaux.

    Pour écrire là-dessus, on devrait écrire d'une façon

    qui arrêterait le cœur et ferait dresser les cheveux sur la tête.

     

    R.Carver

     

     

    la maison où

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .

     

     

    La nuit n'est qu'un long besoin d'éveil.

     

    Héraclite

     

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Nous délirions dans leur soleil comme le chat dans la valériane.

     

    A.Vialatte

     

    Valériane

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire