• .

     

     

    Un autre monde s’entrouvre : un rêve

    mon enfant bienheureuse sous le soleil

    inchangé (oh les enfants

    antiques et dorés). Un léger rêve

    la vie...

    Souviens toi de moi dieu de l'amour.

     

    S.Penna

     

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Les pensées seraient invisibles ! A quoi

    penses-tu en ce moment ? demandons-nous à l'être aimé...

    Les pensées seraient visibles ! Ainsi elle le croyait

    vraiment, nous demandons-nous

    en lisant sa lettre...

    Et nous n'avons aucune idée de son sourire,

    ni de son rire,

    ni de pourquoi elle pleure...

     

    V.Holan

     

     

    Nous n'avons pas idée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    où il t'arrive des choses tout à fait extraordinaires : par exemple

    rien du tout, au dernier échelon

    d'une échelle en plein vide

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Ils préfèrent ne pas se chercher

    que de plus s'appartenir;

    ils préfèrent pleurer

    à  souffrir.

     

    En une miette de temps,

    ils ne peuvent que s'approcher.

     

    V.Holan

     

     

    ...Que

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    autrement dit la nuit

    celle qu'on ramasse quand elle tombe, celle

    émanant de nous sol appauvri

    et qu'on aurait jamais pensé

    quitter si l'on avait su son nom

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Un nuage,  moulage de plâtre d'arrière-orage.

    D'après ce que traînent les fourches de la canicule,

    il s'agit d'une charrette à purin de fidélité.

    Comme les fourches, l'éclair jure lui aussi, 

    mais les doigts pointés vers le bas.

     

    Début de l'allée, fin du baiser...

     

    V.Holan

     

     

    Sans doute

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    la dernière fois j'ai dit je t'aime la dernière fois

    j'ai dit je t'aime la dernière

    fois

    le chemin du retour

    est en retard

    le chemin du retors et ainsi

    de suite

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • ...

     

     

    Mon amour à la robe de phare bleu,

    je baise la fièvre de ton visage

    où coule la lumière qui jouit en secret.

     

    R.Char

     

     

    ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • ...

     

     

    Oiseaux, que nous lapidons au pur moment de votre véhémence, 

    où tombez-vous ?

     

    R.Char

     

     

    ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    et si tu plonges en toi et que tu en ressors avec un vieux couteau rouillé,

    que diras-tu à ta maman ?

    que vas-tu faire de ce vieux couteau rouillé ? contre qui le lèveras-tu ?

    le rejetteras-tu à la mer ou ira-t-il rejoindre dans un coin le tas de vieux couteaux rouillés ?

    est-ce que ça cicatrise, la mer ? ou est-ce que ça ne fait que forger des couteaux pour les rouiller ensuite ?

    serais-je moi-même un vieux couteau rouillé ? que dirai-je alors à maman, cette vieille lampe usée ?

     

    L.C

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire