•  

     

    Et c'est peut-être alors qu'il voit le ciel du vieux rêve, des croisières et de

    la terre aussi, et les spasmes des vagues dont nulle ne bouge sans que toutes les

    autres en bougent d'autant, et le mouvement si différent des hommes par exemple,

    qui ne sont pas attachés les uns aux autres mais libres d'aller et venir, chacun à sa

    guise. Et ils ne s'en font pas faute et vont et viennent, dans le fracas de crécelle de

    leurs déclics de grands articulés, chacun de son côté. Et quand il y en a un qui

    meurt les autres continuent, comme si de rien n'était.

     

    S.Beckett

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    pourquoi tu m'habitues, pourquoi tu m'habitues 

    à tout

    du bout de tes bras ressorts, au large de 

    tes instincts gestatifs - à tes normes plaintives, à tes

    insurrections nues, de chair nue

     

    L.C

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    De toute manière,

    je suis entouré de tes appels sans toi,

    comme une île sur la mer

    ou une tour dans le vent qui passe

     

    R.Juarroz

     

     

    sans toi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    je suis sans ça je suis sans la

    neige - je fonds comme au début, je ne 

    reconnais rien

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Au seuil de la nuit l'insistance de votre illusion reçoit la forêt.

     

    R.Char

     

     

    forêt

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    réduire les connexions pour se recentrer sur la seule connexion nécessaire :

    la conscience d'être,  là - point nomade se rêvant du haut de toute chute

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Ma renarde, pose ta tête sur mes genoux.

    Je ne suis pas heureux et pourtant tu suffis.

     

    R.Char

     

     

    peau renarde

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    je m'inquiète. je m'inquiète

    de vous, grippée à ce miroir - je ne m'inquiète guère

    ni de rien : j'espère régner

    régner sur rien

    d'un azur profond

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    La nuit  Laisse la nuit  nous emporter de nuit

    comme à bord déjà dormant on sent que le navire

    s'éloigne sourdement  Nous sommes bientôt au large

    et c'est presque  demain

     

    C.Roy

     

    nuit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Les poissons qui rejoignent le lieu de leur naissance pour frayer sont les 

    hommes dans la position face à face. La femme se retrouve dans la position

    de l'accouchement. Les hommes remontent sur les femmes pour déverser en

    elles à l'écart du jour et de la vision solaire le frai dans l'ombre et l'eau - et ce

    faisant nous rejoignons le lieu de notre naissance, nous poussons la porte de

    la plus ancienne maison.

     

    P.Quignard

     

     

    maison

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire