•  

     

    il aurait pu oublier d'exister en tant que tel,

    pour exister en tant qu'ébahissement

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • ...

     

     

    Et puis comme une mouche

    engluée dans le miel...

     

    S.Penna

     

     

    ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    tout un réseau d'unités distinctes mais non étanches...

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Prends, prends tout cela pour toi, je ne veux pas être une personne vivante !

    J'ai émerveillement et nausée de moi, boue grossière et qui germe lentement.

     

    C.Lispector

     

     

    prends

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    la présence se précise dans la mesure même où elle s'amplifie - jusqu'où pour se confondre à l’absence ?

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Il reste encore un pêcher

    selon le désir grandi,

    Après que les dieux tragiques

    ont cherché ailleurs leur champ.

     

    F.Cheng

     

     

    selon le désir grandi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    là où il n'y a rien tu ériges un mur. là où il y a un mur tu insères une fenêtre

    là où il n'y a rien tu revêts une peau d'homme. là où il y a un homme tu sèmes le rêve d'un dieu

    là où il n'y a rien tu t'endors à mes côtés. là où était une pomme tu as creusé la faim

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .

     

     

    Privé d'air, d'eau si je t'oublie,

    m'accueilleras-tu néanmoins ?

    Nuit après nuit si je t'enténèbre,

    me passeras-tu ton feu ?

     

    F.Cheng

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    tout ce chemin parcouru sans s'être rapproché d'un cheveu,

    sans s'être éloigné d'un cheveu non plus. vraiment, quel chemin merveilleux

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Le fruit quoique mûr répugne à se rendre,

    lui, moment en équilibre,

    chute en suspens...

     

    Cheval blanc, vole doux ! Brise, veille à souffler léger !

    et toi mon cœur, ignore la tempête.

     

    V.Holan

     

     

    La pomme en jeu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire