•  

     

    je voulais être sans origine

    comme en l'état le plus pur

    au saignement de nez près

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Les hommes sont les animaux malades d'un oubli insuffisant.

    C'est leur gravité mystérieuse.

    Des réminiscences mystérieuses s'accrochent partout.

    La nature est une réminiscence qui guette toute chose cultivée

    comme un remords.

    Mais dans le remords du remords, ce qui guette dans le mal,

    c'est encore une mâchoire. C'est encore un collier de dents.

     

    P.Quignard

     

     

    un collier de dents

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    je t'ai confié mon destin, il n'y en aura pas d'autre, et l'on se couchait tard

    car de toute cette simplification, tu dors sur le côté, le côté

    mou de l'ombre

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Le chêne redevient arbre et les ombres, plaine,

    Et voici donc ce lac sous nos yeux agrandis ?

     

    J.Supervielle

     

     

    plaine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    L'oubli est le soleil, la mémoire brille par reflet,

    réfléchissant l'oubli et tirant en cette réflexion

    lumière - émerveillement et clarté - de l'oubli.

     

    M.Blanchot

     

     

    le soleil

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    à côté du petit paradis j'ai semé ce petit pain rassis

    on verra bien c'que ça donne

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Mais avec tant d'oubli comment faire une rose,

    Avec tant de départs comment faire un retour,

    Mille oiseaux qui s'enfuient n'en font un qui se pose

    Et tant d'obscurité simule mal le jour.

     

    J.Supervielle

     

     

    une rose

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    chancredune. nous sommes

    une longue habitude : soleil camé ou pluie battante,

    pluie dormante, soleil glané - ce gris sans voix aussi,

    présent d'un éternel conscient

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    L'oubli est la vigilance même de la mémoire, la puissance gardienne

    grâce à laquelle se préserve le caché des choses et grâce à laquelle les

    hommes mortels, comme les dieux immortels, préservés de ce qu'ils

    sont, reposent dans le caché d'eux-mêmes.

     

    M.Blanchot

     

    le caché des choses

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    On dirait parfois

    que nous sommes au centre de la fête.

    Cependant

    au centre de la fête il n'y a personne.

    Au centre de la fête c'est le vide.

     

    Mais au centre du vide il y a une autre fête.

     

    R.Juarroz

     

     

    au centre du vide

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire