•  

     

    La plénitude ne nous épuise donc pas ?

    Dans mes mains lasses j'amasse,

    j'aime, offre et accomplis

    mais le jour persiste et la clarté aussi.

     

    Je bois et vide tous les puits;

    le temps s'enfonce au plus profond des mers,

    l'espace rencontre ma pesanteur

    et me presse au soir de rentrer.

     

    Comme une flèche je monte et descends les escaliers;

    il pleut des heures dans le silence,

    rompant toutes les vannes, la plénitude s'élance,

    je cours jusqu'à mourir éreintée.

     

    Mais de nouveau il fait jour et la clarté persiste

    - j'ai beau me tourner et me défendre, en vain -

    de moi sans fin poussent des mains,

    je dors et ne meurs pas.

     

    I. Bachmann

     

     

    Purgatoire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    L'amour ne veut être ni un souvenir ni une illusion :

    c'est le corps unique qui est là ...

     

    P.Quignard

     

     

    le corps unique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Cristaux intemporels et sans lumière,

    dès la première heure nous nous évanouîmes,

    le frisson de toute vie nous submergea

    et fécondés par le premier sens, nous fleurîmes

     

    I.Bachmann

     

     

    le premier sens

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    C'est le repos éclairé, ni fièvre ni langueur, sur le lit ou sur le pré.

     

    C'est l'ami ni ardent ni faible. L'ami.

     

    C'est l'aimée ni tourmentante ni tourmentée. L'aimée.

     

    L'air et le monde point cherchés. La vie.

     

    - Était-ce donc ceci ?

     

    - Et le rêve fraîchit.

     

    A.Rimbaud

     

     

    Et le rêve fraîchit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • ...

     

     

    Supprimer l'éloignement tue. 

    Les dieux ne meurent que parmi nous.

     

    R.Char

     

     

    ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Quand le monde sera réduit en un seul bois noir

    pour nos quatre yeux étonnés - en une plage

    pour deux enfants fidèles, - en une maison

    musicale pour notre claire sympathie, - je vous

    trouverai.

     

    A.Rimbaud

     

     

    quatre yeux étonnés

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    un autre vide encore

     

    un autre, encore un autre

    vide

     

    qui me

     

    qui me

    pète à la gueule

    un vide

     

    un autre vide encore

     

    alors tu m'as dit tu

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • ...

     

     

    De l'autre côté d'Altaïr

    Elle lisse ses cheveux

    Et ne sait pas si ses yeux

    Vont se fermer ou s'ouvrir.

     

    J.Supervielle

     

     

    ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    vois le fou, celui qui ne balaie pas

    devant sa porte, à la fenêtre ne distingue pas

    la vitre, accoudé au paysage,

    il glane

    un nuage volontiers

    océanique dégradé

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Tout le long de sa vie

    Il avait aimé à lire

    Avec une bougie

    Et souvent il passait

    La main dessus la flamme

    Pour se persuader

    Qu'il vivait,

    Qu'il vivait.

    Depuis le jour de sa mort

    Il tient à côté de lui

    Une bougie allumée

    Mais garde les mains cachées.

     

    J.Supervielle

     

     

    Pointe de flamme

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire