• .

     

     

    Mort minuscule de l'été

    Dételle-moi mort éclairante

    A présent je sais vivre.

     

    R.Char

     

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .

     

     

    Une femme suit des yeux l'homme vivant qu'elle aime.

     

    R.Char

     

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .

     

     

    Mais l'angoisse nomme la femme

    Qui brodera le chiffre du labyrinthe.

     

    R.Char

     

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .

     

     

    Un papillon de paille habitait un crâne de chien

    Ô couleurs, ô jachère, ô danse !

     

    R.Char

     

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .

     

     

    Des yeux purs dans les bois

    Cherchent en pleurant la tête habitable.

     

    R.Char

     

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    on n' a pas sonné l'heure

    il fait encore jour pourtant

    et le soleil-trémière...

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Je ne peux aimer deux fois le même objet. Je suis pour 

    l'hétérogénéité la plus étendue. Que l'homme se débrouille

    avec les nombres que les dés lui ont consentis. Du moment qu'un

    élan les lui a donnés, pour peu qu'il interroge et se risque,

    un élan les lui reprendra; et lui, sans-doute, avec, sera repris, donc

    augmenté. Le vrai secours vient dans le vague.

     

    R.Char

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    vie ne fut

    que bonheur sans suite

    sel fin, si fin que

    la mer passe au travers

    - et dans le creux

    des os cette musique

    unique, ce souffle maigre

    : ce naufrage amoureux

     

    L.C

     

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Et c'est peut-être alors qu'il voit le ciel du vieux rêve, des croisières et de

    la terre aussi, et les spasmes des vagues dont nulle ne bouge sans que toutes les

    autres en bougent d'autant, et le mouvement si différent des hommes par exemple,

    qui ne sont pas attachés les uns aux autres mais libres d'aller et venir, chacun à sa

    guise. Et ils ne s'en font pas faute et vont et viennent, dans le fracas de crécelle de

    leurs déclics de grands articulés, chacun de son côté. Et quand il y en a un qui

    meurt les autres continuent, comme si de rien n'était.

     

    S.Beckett

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    pourquoi tu m'habitues, pourquoi tu m'habitues 

    à tout

    du bout de tes bras ressorts, au large de 

    tes instincts gestatifs - à tes normes plaintives, à tes

    insurrections nues, de chair nue

     

    L.C

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire