• *

     

     

    Fais de moi, ô Seigneur, la proie du lion, avant de faire du lapin ma proie.

     

    K.Gibran

     

    *

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    *

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Pour comprendre le-Phosphore- il Nous faut Zéro

    Nous apprîmes à aimer le Feu

    En jouant-Enfants- avec des Glaciers-

    Et l'Amadou-se devine-au pouvoir de

     

    Son Opposé-pour trouver l’Équilibre-

    Les Éclipses- impliquent - des Soleils-

    La Paralysie-est notre muette Introduction

    A la Vitalité

     

    E.Dickinson

     

     

    la Vitalité

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    images de ma solitude

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    images de ma solitude 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    l'arbre qu'on abat repousse dans mon vêtement. j'en appelle au cœur

    tendre, j'en appelle à la paume légendaire

    j'en appelle à l'air libre

     

    L.C

     

    littoral intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    C’est ainsi que nous nous sommes séparés,
    Sans tendre les mains l’un vers l’autre,
    Disparaissant telle une chose inachevée.
    Une cigarette.
    Une limonade.

    Car tu n’es pas devenue mienne.
    À moi l’étranger, tu n’as pas donné tout ton amour
    À l’instar des nuages
    Qui ne lâchent jamais sous les tropiques
    Leur neige immaculée
    Mais au Nord l’offrent un jour.



    Moscou, 1958.

     

    I.Kadaré

     

    C’est ainsi que nous nous sommes séparés

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    1

     

    Après s’être noyée, comme elle descendait,
    En allant des ruisseaux dans les grandes rivières,
    Alors l’azur du ciel apparut très étrange
    Comme s’il lui fallait apaiser le cadavre.

     

    2
    Sur elle s’accrochaient les algues, les fucus,
    Si bien que lentement elle devint plus lourde.
    Les poissons passaient froids sur sa jambe. Les plantes
    Et les bêtes gênaient son tout dernier voyage.

     

    3
    Le ciel était le soir comme fait de fumée
    Et tenait la lumière en suspension, la nuit,
    Grâce aux étoiles, mais très tôt il était clair,
    Afin qu’elle ait encor du matin et du soir.

     

    4
    Lorsque dans l’eau son corps fut tout à fait pourri,
    Il arriva que Dieu peu à peu l’oublia :
    Son visage, ses mains, pour finir ses cheveux.
    Lors elle fut charogne entre tant de charognes.

     

    B.Brecht

     

     

    La fille noyée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .

     

     

     

    Qui trouve au bord du dénuement
    sur les remparts de sa faim
    une larme discrète
    l’amère saveur du chaos
    qui du fond de sa solitude
    tire un visage attentif
    une fontaine coutumière
    et parle sans souci de ses propres embûches
    celui-là sait que Dieu s’installe dans le corps
    pour une éternité première
    et rien ne peut plus le distraire
    de cette voix qui s’est tue
    au centre de l’épi.

     

     

    J.Sénac

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Je voudrais pénétrer dans les profonds reflets,
    pénétrer dans la lumière de ces grands miroirs
    que la mer forme dans les sables de ses rivages,
    et de leurs profondeurs horizontales, loin,
    mourir, vivre à peine.

     

     

    S.Ocampo

     

    Sur le sable

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Rien,
    C’est un mot qui fuit
    D’une vertèbre à l’autre.

    Rien,
    C’est une brindille
    Qui casse sur la joue.

    Rien,
    C’est dans un rocher
    Un peu de mer qui brûle.

    Rien,
    C’est la liberté
    Qui blesse vos pieds nus.

     

    J.Sénac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .

     

     

    et le soleil miroir des roses s'est brisé

     

    Apollinaire

     

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire